Laissez-vous conter la Vallée de la Tet






Rodès



L'aqueduc médiéval et les gorges de la Guillera

L'aqueduc médiéval et les gorges de la Guillera

Aux environs de l’an Mil quatre petits villages occupaient le territoire de Rodès, à la suite d’un regroupement agricole : Croses, Canoetes, Ropidera et Rodes.
Le torrent de Croses descend vers la Tet depuis le territoire de Glorianes. Il passe au pied de la colline de Domanova, à l’Est pour rejoindre la rivière de Rigarda et former avec elle le Riufages. Au dessus de ce torrent, adossé à la colline de Domanova se trouve le hameau de Croses. En 1011 il est mentionné comme possession de Sant Miquel de Cuixa. Croses a eu une église dédiée à Sant Miquel.


Domanova (1ère mention en 942) est à l’origine une maison seigneuriale fortifiée liée à la protection de Croses et à la surveillance de la vallée de Motzanes.
Lorsque l’église de Croses est abandonnée elle est remplacée par la chapelle de Domanova (dédiée à St Michel).

Canoetes évoqué sous le nom de "Casenovetes" (petite maison neuve) se situe sur un plateau boisé de châtaigniers.Ses limites jouxtent les communes de Boule d’Amont et de Bouleternère. Il est mentionné en tant que hameau au début du XIV e siècle puis disparaît des textes.

Ropidera (mention en 955 sous la forme de Rupideria) possède une église dédiée à Sant Feliu. En 1204 elle est le seul vestige de l’ancien village (aujourd’hui Les Cases). Elle a été fortifiée au XIIIe s puis disparait au XVI e s. Un moulin était en activité jusqu’ au XVIIIe siècle. L’élevage ovin se pratiquait sur ce territoire.

Rodès du XIIIe au XIVe siècle on assiste à un processus de regroupement de la population de type castral. La chute démographique en partie causée par les guerres de Majorque et surtout la grande épidémie de peste de 1348 expliquent ce regroupement de population auprès du château et dans un village plus grand pour mieux se protéger.
Le nom de Rodès pourrait venir de “roda” qui signifie la roue en catalan (du moulin).
Au Moyen-Age la vie économique et sociale du village était dynamique. Il y avait sans doute un forgeron, une tuilerie (lieu dit Al Congost), plusieurs moulins. La production agricole repose sur la culture des céréales, de la vigne et des oliviers. On pratiquait le commerce du bois qui flottait jusqu’à Perpignan. Rodès possédait un hôpital des pauvres, mentionné entre le XIVeme et le XVIIeme siècle.

Le Canal de Corbère

Le Canal partait du lit de la Tet à Vinça (avant que le barrage ne soit construit à la fin des années soixante dix) et traversait la Tet par un pont aqueduc ; le Pont de Sant Pere alimentait la rive gauche au moulin de Ropidera et enjambait à nouveau la Tet grâce à l’aqueduc dont les vestiges sont toujours visibles à l’entrée des gorges de la Guillera, accroché à la roca Colomera, et traversait le Têt au pont d’en Labau. Le village de Rodès avait son propre canal confirmé en 1304 par Jaume de Mallorca. Au XIVème siècle il alimentait deux moulins, l’un à blé, l’autre à draps, et servait à irriguer les terres. En 1901 le canal fut couvert à l’intérieur du village pour des raisons de sécurité.






Pays d’art et d’histoire "Vallée de la Tet" - 10, rue de l’Hôpital - 66130 Ille-sur-Tet / Tél. 04 68 84 57 95 - Fax. 04 68 84 28 76
>>

Nos partenairesNos partenairesNos partenairesNos partenaires